Sortons la longue-vue : Comprendre les causes 2

Comprendre le rôle des préjugés

Comprendre les causes, c’est aussi saisir que les préjugés et les prêts-à-penser qui circulent sur notre compte ont une utilité : ils cachent les intérêts en jeu! Politiquement, les préjugés servent à justifier l’exclusion, l’oppression ou l’exploitation d’un groupe de personnes. Ceux qui tirent les ficelles et ne veulent pas voir la situation changer détournent ainsi l’attention des causes réelles du problème. Par exemple : « Les chômeurs, c’est juste des maudits paresseux! » Cette image négative des sans-emploi est utile pour faire oublier que le gouvernement détourne une partie de la caisse à son propre usage et que les entreprises déménagent ailleurs…

Les préjugés se posent comme des vérités incontestables, imposent une manière de lire la réalité, polluent nos convictions et nos actions. Ils nous paralysent, ce qui fait bien l’affaire du système qui nous opprime ou nous exploite. Parfois, on les intègre si bien qu’on finit par y croire nous-mêmes. Par exemple, certaines personnes assistées sociales peuvent dire « Moi, je ne suis pas une voleuse comme les autres BS! » C’est ce qu’on appelle de l’aliénation.

Pour animer des démarches d’éducation populaire autonome, il est nécessaire de faire le ménage dans nos propres préjugés. Les préjugés forment, dans nos propres têtes, une muraille qui nous empêche de nous solidariser et d’agir pour changer la situation. En y voyant plus clair, il devient facile de s’élever contre les préjugés. Les nôtres, ceux que portent les personnes opprimées et ceux que la société nous renvoie. 

SUITE